Facteurs qui influencent le volume et le rythme cardiaque

Facteurs d’exercice

Le volume des accidents vasculaires cérébraux et la fréquence cardiaque se combinent pour former le débit cardiaque, que l’Association nationale de résistance et de conditionnement (NSCA) rapporte la quantité totale de sang éjectée dans les zones de travail du corps. Le volume de la trajectoire fait référence à la quantité de sang qui est éjectée avec chaque battement systolique, et la fréquence cardiaque est simplement la vitesse à laquelle le cœur bat, habituellement calculée en battements par minute. Le volume de l’AVC et la fréquence cardiaque sont interdépendants, et une augmentation de l’un entraîne souvent une diminution de l’autre. Le volume et le rythme cardiaque sont influencés par une variété de facteurs, notamment l’exercice, les facteurs neuronaux et hormonaux, ainsi que l’alimentation et les médicaments.

Facteurs neuronaux et hormonaux

La NSCA écrit que l’exercice aiguë tend à entraîner une augmentation du débit cardiaque, résultant d’un besoin accru d’approvisionnement en sang pour les muscles qui travaillent. Sur une période de temps, l’exercice chronique se traduit par un cœur plus grand et plus fort, connu sous le nom de «cœur de l’athlète», qui permet d’éjecter plus de sang pour chaque battement. Si un apport d’oxygène et de sang suffisant est fourni avec chaque éjection, seule une petite augmentation de la fréquence cardiaque est nécessaire pour fournir toute la nourriture dont les muscles ont besoin. Par conséquent, les exercices d’entraînement aérodynamique présentent des volumes d’AVC plus importants et des fréquences cardiaques plus faibles pendant l’exercice et au repos.

Régime alimentaire et médicaments

La fréquence cardiaque et le volume de l’AVC sont également influencés par le système nerveux central et la libération hormonale. Le livre «Physiologie du sport et de l’exercice» rapporte que les impulsions du cerveau traversent le système nerveux et peuvent augmenter le débit cardiaque. Par exemple, lorsqu’il est psychologiquement stressé, l’hormone cortisol est libérée dans la circulation sanguine et la fréquence cardiaque augmente pour préparer le corps à l’action. De plus, l’excitation peut conduire à la libération de l’hormone épinéphrine, provoquant une constriction dans les vaisseaux sanguins, ce qui réduit le volume de l’AVC et augmente la fréquence cardiaque.

Autres facteurs

La consommation de substances impliquées dans l’apport alimentaire et les médicaments peuvent également influencer la fréquence cardiaque et le volume de l’AVC. Selon «Physiologie du sport et de l’exercice», l’apport alimentaire entraîne une fréquence cardiaque accrue pour commencer le processus digestif. Si elle est déshydratée, la perte d’eau peut entraîner une élévation de la température ambiante, ce qui entraîne une redistribution du flux sanguin vers les muscles périphériques. Cela entraîne une baisse du volume sanguin et donc une baisse du volume de traction. Afin de fournir adéquatement du sang du cœur au reste du corps, la fréquence cardiaque augmente. De nombreux médicaments influent également sur la fréquence cardiaque et le volume de l’AVC. Les stimulants, tels que le tabac et la nicotine, augmentent la fréquence cardiaque, tandis que les bêta-bloquants et les dépresseurs réduisent la fréquence cardiaque.

Beaucoup d’autres facteurs influencent la fréquence cardiaque et le volume d’AVC. «Physiologie du sport et de l’exercice» indique que l’âge, le genre et l’environnement peuvent augmenter ou diminuer le débit cardiaque. Avec un âge accru, les personnes ont tendance à subir des taux cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux plus bas. Les femmes ont tendance à avoir des résultats cardiaques plus élevés en raison du volume de coeur absolu inférieur dans le corps féminin. Enfin, des facteurs tels que le bruit, les températures extrêmes, la pollution et l’altitude peuvent provoquer des fluctuations de la fréquence cardiaque et des volumes cardiaques.